archives

Préambule, tables et annexes

Vous êtes ici : Compoix et cadastre XIVème-XIXème siècle / Introduction / Étude des compoix / Description des documents / Cadastre ou compoix / Le contenu / Préambule, tables et annexes

Préambule du livre d'estime de Lamothe, 1599, 32 EDT CC 1

La ou les premières pages du livre (mais parfois ce sont les dernières) sont consacrées souvent à un texte appelé (par nous) préambule. Il est parfois très bref, quelques lignes ; il peut aller jusqu'au fleuve de la cinquantaine de pages ; il peut aussi être absent, d'origine, ou accidentellement. On a le sentiment, mais on n'en a pas vérifié la réalité, que, dans les premiers temps, les préambules sont absents ou très courts, et qu'ils s'amplifient au fur et à mesure qu'on avance dans le temps. Mais ce n'est pas une règle, tant s'en faut, et on en voit de longs dès la fin du XVIe siècle. Curieusement, ce texte, généralement, est (ou voulait être) en français, alors même que le reste du contenu est en occitan. Il se borne quelquefois à la date et à quelques indications fragmentaires. Mais, à l'inverse, il peut être copieux et l'on peut y trouver, en tout ou en partie :

. pourquoi on le fait (ou refait),
. les noms des consuls et des principaux habitants,
. l'historique détaillé des opérations,
. la mention des unités de mesure,
. l'entrepreneur, les arpenteurs (ou agrimenseurs), les estimateurs choisis,
. le tarif d'allivrement selon la nature, la qualité, la superficie des biens,
. les détails de l'adjudication et le prix,
. la référence aux autorités constituées : seigneur, juge du ressort, Cour des comptes, aides et finances,
. la délimitation précise des limites du consulat (le taillable),
. des notations diverses, souvent intéressantes.

Le préambule est une partie très instructive du cadastre, on peut y glaner une foule de renseignements.

 

Table alphabétique du compoix de Castres, 65 EDT CC 71

 

Au début ou en fin de volume, il existe fréquemment (quand elle n'a pas disparu) une table des assujettis. Le plus souvent, cette table donne les noms dans l'ordre même du compoix. Mais ce répertoire se voudrait parfois un peu plus perfectionné : dès le XVIe, on trouve des tables vaguement alphabétiques construites avec l'initiale du prénom (les personnes qualifiées de nobles étant au N, les possessoires encore indivis après décès étant au H de héritiers) ; c'était un classement peu commode et rapidement obsolète. Un peu plus tard, on en arrive au classement d'après l'initiale du nom de famille (les noms à particule étant souvent au D). Mais très rarement, pour ainsi dire jamais, on n'a affaire à une suite alphabétique rigoureuse. Il s'agit tout au plus de listes de patronymes commençant par la même lettre et classés dans leur liste d'après l'ordre du compoix. Ce qui, après tout, n'était pas si mal. Car si, selon son type, la table est plus ou moins commode, elle est toujours utile. C'était bien l'avis des utilisateurs ultérieurs des cadastres, puisque parfois il y a été ajouté, au XVIIIe siècle, voire encore plus tard, une vraie table alphabétique, évidemment facile à lire et à utiliser.

 

Inventaire des biens prétendus nobles, livre terrier de Cambounet, 1612, 54 EDT CC 1

 

La Cour de Montpellier a fini par réussir à imposer dans les cadastres un inventaire des "biens prétendus nobles" dont on sait qu'ils ne furent point, pendant longtemps,  assujettis à l'impôt, le terme "prétendu" paraissant lourd de signifi- cation, voire de menace latente. On ne trouve cet inventaire que dans les cadastres tardifs, jamais avant le milieu du XVIIe et surtout à partir de la fin du siècle ; probablement à partir du moment où la royauté a entendu soumettre ces biens à l'impôt en instituant le "dixième des biens nobles". Les parcelles et les édifices réputés nobles y sont décrits comme les autres et portent souvent un allivrement qui n'est pas resté tout-à-fait théorique puisqu'il a pu servir à l'établissement du "dixième". Il a pu aussi être employé de façon imprévue puisqu'on trouve de temps à autre des déclassements de biens qui avaient été présentés comme nobles et qui ne l'étaient pas.

 Mentions légales Plan du site