archives

Appendices

Vous êtes ici : Compoix et cadastre XIVème-XIXème siècle / Introduction / Étude des compoix / Description des documents / Cadastre ou compoix / Le contenu / Appendices

Compoix de Montfa, 1606, 177 EDT CC 1

 

A la fin de la série des items d'un propriétaire, on notait très souvent son allivrement total, laissé tel quel ou fortement réduit. Cette mention semble marquer la fin de la description du possessoire. Pas toujours ! On peut buter encore, rarement il est vrai, sur des mentions peu claires, accompagnées de chiffres, qui semblent bien être le montant de l'impôt de ce bien-tenant pour l'année de la faction. Cela ne paraît pas très normal, mais s'explique mieux quand on voit, dans certaines adjudications, l'entrepreneur prendre la levée de l'impôt de l'année en même temps que la faction du cadastre. De ce cadastre qu'ils venaient d'achever, certains d'entre eux, pas très bien inspirés, faisaient le rôle de la contribution de l'année.

En fin de registre, il peut être inscrit sous forme de textes courts :

- le total de la superficie cadastrée,

- le total de l'allivrement,

- le procès-verbal de remise des livres aux consuls,

- la copie de l'approbation de la Cour de Montpellier,

- d'autres indications diverses.

 

Dans la marge, face à certains items, il peut y avoir une mention, en général très mal écrite, qui est, le plus souvent, la notation d'une mutation. L'article décrit par l'item a changé de main. Cette mention peut aller d'une formule très laconique - "te" ou "ten" (tient), un prénom, un nom, ceux du nouveau propriétaire - à une notation un peu plus explicite avec la date de la mutation, ceci dans les compoix plus récents. Cette amplification de la mention marginale va de pair avec une évolution vers plus de précision. Elle est quand même assez paradoxale puisqu'elle arrive à coexister avec un autre document, la brevette, créé justement pour recueillir les mutations.

 

Mention de mutations dans le compoix de Briatexte, 1543-1548, 39 EDT CC 1

 Mentions légales Plan du site