archives

Les compoix, source d'histoire

Vous êtes ici : Compoix et cadastre XIVème-XIXème siècle / Introduction / Histoire des compoix / Les compoix, source d'histoire

Compoix de Virac, 1601, 322 EDT CC 1

L'importance des compoix pour l'histoire de la fiscalité se marque à travers leur histoire propre ; ils permettent également aux historiens d'aborder beaucoup d'autres territoires.

Ils ont donné lieu à des études pionnières dès la fin du XIXe siècle. Citons, par exemple, BARDON 1894-1896. Cet ouvrage utilise estimes et compoix (voir également REGNE 1925). Leur intérêt n'a pas échappé à Marc Bloch (BLOCH 1943), pas plus qu'à Max Derruau (DERRUAU 1946). Cependant, leur caractère massif a longtemps découragé les chercheurs.

En Italie, les travaux d'Enrico Fiumi (FIUMI 1957) ont engendré une suite après 1970 seulement. Elle ne cesse de grossir depuis cette époque et l'essor de l'informatique appliquée à l'histoire va certainement l'amplifier.

En France, l'étude des cadastres médiévaux fut lancée dans les années 50 à l'initiative de Philippe Wolff, professeur à l'Université de Toulouse. La plupart des travaux sur les compoix de l'Albigeois ont été réalisés sous sa direction. De nombreuses thèses utilisant les cadastres ou les ayant même pour matériau essentiel ont été soutenues à l'Ecole des Chartes sous l'impulsion de Robert-Henri Bautier et de Jean Favier. Le mouvement d'intérêt pour les cadastres médiévaux a bien été souligné par la publication du livre d'estimes des consuls de Saint-Flour pour 1380-1385, réalisé par Albert Rigaudière (RIGAUDIERE 1977 et RIGAUDIERE 1982). Un panorama très large des études sur les compoix du Moyen Age en France a été donné par le colloque organisé par le Centre d'Histoire urbaine de l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud en 1985 (dont les actes ont été publiés en 1989). Ce dernier a de même fait le point sur les recherches reposant sur les cadastres de l'époque moderne, support jadis des recherches d'Albert Soboul (SOBOUL 1958), d'Emmanuel Le Roy Ladurie (LE ROY LADURIE 1966, LE ROY LADURIE 1990) et de Georges Frêche (FRECHE 1968, FRECHE 1971 et FRECHE 1974). Il faut, cependant, exploiter les compoix avec prudence car ils n'offrent de la réalité qu'une image imparfaite.

 Mentions légales Plan du site